Excalibur, l'épée magique

Publié le par Blanche

Excalibur est une épée mythique qui a appartenu au roi Arthur, roi des Bretons, dans les textes légendaires de la matière de Bretagne écrits au Moyen Âge.

Comment Arthur est entré en possession d'Excalibur

Deux traditions légendaires racontent cet événement : soit Arthur retire l'épée d'un rocher dans lequel elle est enfichée, soit il reçoit cette arme de la Dame du Lac.

L'épée dans le roc

C'est Robert de Boron qui raconte le premier cet épisode à la fin du XIIe siècle dans Merlin. Le trône du royaume de Bretagne était vacant et convoité par de nombreux nobles qui se battaient fréquemment pour se l'approprier. Devant cette discorde, le magicien Merlin convoque les barons du royaume à Logres pour la veille de Noël. Dans la nuit apparaît mystérieusement un bloc de pierre carré supportant une enclume dans laquelle est plantée une épée. Sur la lame est écrit que celui qui parviendrait à l'en retirer deviendrait le roi de toute la Bretagne. Personne n'y parvient, sauf le jeune Arthur. C'est la version reprise notamment dans le livre L'Épée dans la Pierre de l'écrivain britannique Terence Hanbury White, qui inspira le célèbre dessin animé de Walt Disney Merlin l'Enchanteur en 1963.

La Dame du Lac [

L'autre variante met en scène la Dame du Lac : selon Sir Thomas Malory, chevalier anglais du XVe siècle qui condensa en un seul ouvrage une grande partie de la geste arthurienne, notamment des écrits français, elle aurait été donnée par la première Dame du Lac, qui aurait précédé Viviane, l'épée retirée de la stèle de granit ayant été auparavant brisée dans un combat contre le roi Pellinor, père de Messire Lamorat de Galles (considéré comme le troisième chevalier au monde, après Messires Lancelot et Tristan) et de Perceval le Gallois. Pour gagner l'épée, Arthur fit une promesse à la Dame du Lac et ne tint pas parole, celle-ci ayant été décapitée sous ses yeux, dans son château. Merlin aurait demandé à Arthur : « Qui des deux est le plus précieux ? L'épée ou le fourreau ? » Arthur répondit : « L'épée, assurément. » « Faux, c'est le fourreau car, tant que tu le posséderas, tes ennemis ne pourront te tuer. » La sœur du roi, ayant eu vent de cela, fit dérober le fourreau et le donna à son amant, avec pour mission de tuer Arthur. Cependant, grâce à l'intervention de Messire Hector des Mares, le demi-frère de Lancelot de Bénoïc, celui-ci fut sauvé et put retrouvrer son précieux fourreau.

La disparition d'Excalibur

Digne fils d'Uther, Excalibur au côté, le roi Arthur a réuni et pacifié les deux Bretagnes. À sa mort, l'épée fut jetée dans un lac magique par Bedivere. L'épée avait la réputation d'être incassable (tout comme la Durandal de Roland) et de trancher toute matière.

Étymologie

La première mention de l'épée d'Arthur sous cette forme est due à Chrétien de Troyes. L'étymologie de ce nom ancien, connu sous plusieurs variantes (Excalibor, Escalibor, Excaliber) n'est pas déterminée avec certitude, d'autant que "Excalibur" n'est pas le seul nom connu pour cette épée : par exemple, dans le conte Le Chevalier au Papegau, elle s'appelle Chastiefol. Deux familles étymologiques ont été identifiées : une d'origine celtique et une d'origine latine.

  • L'origine celtique, la plus ancienne

L'épée d'Arthur s'appelle « Caledfwlch » en gallois (prononc. "kalètvoulr"), à rapprocher du breton Kaledvoulc'h et/ou Kaled foulch (« Taillefer »). Ces mots sont composés de "caled", "kalet" qui signifie "dur" et de "bwlch", "boulc'h", qui signife "entaille". Ce terme se rapproche phonétiquement de l'irlandais Caladbolg/Galatbrog (« dure foudre »), qui selon la légende fut le nom de l'épée de Nuada, roi des dieux de l'Irlande, les Tuatha Dé Danann. Pour Bromwich et Evans, spécialistes de la littérature médiévale galloise, ces deux variantes du nom ont une origine commune. L'un des plus anciens documents donnant "Caledvwlch" comme nom à l'épée d'Arthur est le texte gallois du XIe siècle "Culhwch ac Olwen" ("Culhwch et Olwen") qui la présente comme une des plus précieuses possessions du roi breton.

  • L'origine latine

Au XIIe siècle, Geoffroy de Monmouth est le premier auteur à nommer cette épée dans une autre langue que le gallois. Dans son Historia Regum Britanniae, il latinise le nom en Caliburnus, terme qui pourrait être apparenté à chalybs, mot latin signifiant "acier"[. Le mot est repris par les poètes français peu après, et la forme évolue en « Escalibor » puis « Excalibur ». L'ajout du préfixe "ex" renforce l'idée d'une étymologie latine : Ex cal[ce] liber[atus] (libéré du caillou).

 

 

Publié dans Le Moyen Age

Commenter cet article

anonyme 08/12/2013 12:16

pratique

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 02/04/2012 23:22


Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-15, THÉOREME EXCALIBUR.- La voie des souffrances ?.

(Clovis Simard,phD) 29/01/2012 20:22


Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-15, THÉOREME EXCALIBUR.- La voie des souffrances ?.

Darboria 02/09/2010 16:26



Mmh... Tu m'autorises à republier ce post sur mon propre blog? C'est le genre d'histoire qui m'intéresse ;)


Très bien écrit au passage :)



Blanche 02/09/2010 19:42



Vas-y je t'en prie ! Vu que ce n'est pas de moi mdr
Comment dire... C'est l'ami wiki ? Trop difficile à tout réécrire comme il faut ! mdr


Mais chuuuuuuuut mdr



p'tite môman :0059: 25/08/2010 12:30



n'empêche !


Qu'est-ce qui faut pas faire pour faire parler de soi