L'Ordre des Hospitaliers

Publié le par Blanche

L'Ordre des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem connait une histoire riche de plus de 960 ans. Une longue existence qui se perpétue encore de nos jours.
Cependant, ici, attachons nous simplement à l'époque médiévale.

Plaque du village de Poèt-Laval

Plaque du village de Poèt-Laval

1048 Jérusalem

La naissance de l’Ordre de Saint-Jean remonte à 1048. Il semblerait que certains marchands de l’ancienne république maritime d’Amalfi obtinrent l’autorisation du Calife d’Egypte de construire à Jérusalem une église, un couvent ainsi qu’un hôpital afin de pouvoir prêter assistance aux pèlerins de toutes races et religions. L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem – communauté monastique vouée à la gestion de l’hôpital pour l’assistance des pèlerins en Terre Sainte – devint indépendant sous la conduite de son fondateur le bienheureux Gérard. Par bulle papale du 15 février 1113, le Pape Pascal II, place l’hôpital de Saint-Jean sous la tutelle du Saint-Siège, lui permettant d’élire librement ses chefs, sans interférence de la part d’autres autorités laïques ou religieuses. En vertu de cette bulle, l’hôpital devint un Ordre religieux laïc. Tous les Chevaliers étaient des religieux, liés par trois vœux monastiques : pauvreté, chasteté et obéissance.

La Constitution du Règne de Jérusalem oblige l’Ordre à assumer la défense militaire des malades et des pèlerins et à protéger ses centres médicaux et les routes principales. A sa mission hospitalière l’Ordre ajoute la défense de la foi. Ensuite, l’Ordre adopte la Croix blanche à huit pointes qui représente encore aujourd’hui son symbole.

1291 Chypre

En 1291, après la chute de Saint-Jean d’Acre et la perte de la Terre Sainte, l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean a déménagé son siège et l’hôpital à Limassol sur l’île de Chypre, où il était déjà présent depuis 1210 par l’octroi de propriétés importantes, de droits et privilèges commerciaux. Là, fidèle à sa mission hospitalière, il continue à construire de nouveaux hôpitaux et, profitant de l’emplacement stratégique de l’île, crée une flotte navale pour protéger les pèlerins en route vers la Terre Sainte. Le nombre de membres de toute l’Europe continue à croître et à contribuer au renforcement de la structure de l’Ordre, qui acquiert de nouvelles possessions sur les rives de la Méditerranée. Parmi celles-ci, le grand port de Famagouste, la ville de Nicosie et de nombreuses commanderies.

L’instabilité grandissante de Chypre, qui empêchait leur expansion sur l’île, pousse les Hospitaliers à considérer l’île de Rhodes comme le siège le plus approprié pour l’Ordre de Saint-Jean.
Des lieutenants magistraux continuent d’être présents à Chypre pour gouverner les prieurés et les commanderies (il y en a plus de 60 en 1374) pendant un siècle supplémentaire, jusqu’à la moitié du 15ème siècle, lorsque les chevaliers sont rappelés au siège monastique de Rhodes.

Tour des Hospitaliers - Le Poèt-Laval

Tour des Hospitaliers - Le Poèt-Laval

1310 Rhodes

Sous la conduite du Grand Maître Fra’ Foulques de Villaret, dans l’île de Rhodes, les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean débarquent à Rhodes en 1307. Après avoir effectué l’acquisition de l’île en 1310, ils y transfèrent leur siège.
Dès lors, pour la défense du monde chrétien une force navale devient nécessaire et l’Ordre construit une flotte puissante avec laquelle il affrontera les mers orientales, s’engageant dans de nombreuses et célèbres batailles.
L’indépendance de l’Ordre par rapport aux autres Etats, en vertu des actes pontificaux, ainsi que le droit universellement reconnu d’entretenir et engager des forces armées et de nommer des ambassadeurs, constitue la base de sa souveraineté internationale.
Dès le début du quatorzième siècle, les institutions de l’Ordre et les Chevaliers qui arrivaient à Rhodes de l’Europe entière sont regroupés par Langue. Sept pour commencer : Provence, Auvergne, France, Italie, Aragon (Navarre), Angleterre (y compris Ecosse et Irlande) ainsi que l’Allemagne. En 1492 la huitième Langue est constituée, celle de Castille et Portugal. Chaque Langue comprenait des Prieurés ou Grand Prieurés, des Bailliages ainsi que des Commanderies.

L’Ordre était gouverné par le Grand Maître (Prince de Rhodes) et par le Conseil, frappait monnaie et entretenait des relations diplomatiques avec les autres Etats. Les autres charges de l’Ordre étaient attribuées aux représentants des différentes Langues : le siège de l’Ordre, le Couvent étaient composé de religieux de diverses nationalités.

Après six mois de siège et de combats sanglants avec la flotte et l’armée du Sultan Soliman le Magnifique, en 1523 les cavaliers durent se rendre et abandonner l’île de Rhodes, avec les honneurs militaires.

Et il y a tant à dire encore sur cet Ordre. 1530 Malte. 1571 la bataille de Lépanto. 1798 années difficiles. 1834 Rome. Les XX° et XXI° siècle...
Reste de l'église Hospitalière - Le Poèt-Laval

Reste de l'église Hospitalière - Le Poèt-Laval

Pour en savoir plus, pour découvrir la suite de l'histoire de l'Ordre, un petit tour sur le site de l'Ordre de Malte s'impose !
Source de l'article tant les faits sont évoqués simplement.

Ordre de Malte

Publié dans Le Moyen Age

Commenter cet article

keyouest 01/05/2014 19:25

bonheur en ce jour .. ici pluie pourvu que samedi que le soleil règne première répétition toute la journée ..se sera un plaisir de rejouer .. bisous

keyouest 28/04/2014 17:41

un doc très complet ,merci . moi ça va ..samedi prochain répétition toute la journée pour les acteurs et les chevaux de mon village d'acteurs ,belle soirée bisous