Marie La Cordelière

Publié le par Blanche

Aujourd'hui, nous embraquons pour la toute fin du Moyen-Age. Je dirai même mieux, pour le début de la Renaissance. Les dates "à la louche" admise pour le Moyen-Age étant 500-1500.
Je voudrais vous parler rapidement (parce qu'un cours de l'histoire naval c'est bien mais pas dans mes cordes...) de la Marie-Cordelière, un navire breton, et de son histoire, tragique mais héroïque.

 

 

La Cordelière — ou Marie-la-Cordelière — est un navire construit en 1498 sur ordre d' Anne de Bretagne, qui en fut la marraine, aux chantiers de construction navale de Morlaix. C'était alors le fleuron de la flotte bretonne. Elle était armée de 200 canons, dont seize de gros calibre et quatorze bombardes à roues crachant des pierres de 100 à 150 livres, et avait 1200 hommes d'équipage. Elle tire son nom de l'ordre de chevalerie de la Cordelière. Elle n’a pas toujours porté ce nom, pendant sa construction on lui a aussi attribué successivement les noms de La Nef de Morlaix, La Mareschalle, La Nef de la Royn, mais Anne de Bretagne la débaptisa pour lui donner son nom final.

 

 The French warship Cordelière and the English warship Regent ablaze at the battle of St. Mathieu on August 10 1512. Illustration for an epic poem in Latin written by the court poet Germain de Brie.

The French warship Cordelière and the English warship Regent ablaze at the battle of St. Mathieu on August 10 1512. Illustration for an epic poem in Latin written by the court poet Germain de Brie.

La Cordelière opère en Méditerranée de 1501 à 1504. Elle participe notamment à la campagne de Mytilène. En cette période, la flotte anglaise effectuait régulièrement des descentes meurtrières sur les côtes bretonnes. Ce fut notamment le cas en juin de cette même année où l'amiral Howards débarqua au Conquet (près de Brest) et incendia le manoir d'Hervé de Portzmoguer.

Le 10 août 1512, lors de la fête de Saint-Laurent, une réception est organisée sur la Marie-Cordelière alors que les Anglais commandés par l'amiral Howard s'apprêtent à débarquer à la pointe Saint-Mathieu en rade de Brest, après avoir ravagé la presqu'île de Crozon. Hervé de Portzmoguer capitaine de la Marie-Cordelière en est averti et, à la demande d'Anne de Bretagne, lève l'ancre vers l'ennemi amenant à son bord les invités de la réception.

À la sortie du goulet de Brest, La Cordelière se retrouve seule, les autres bateaux français ayant rebroussé chemin, face à l'escadre anglaise, composée entre autres du Regent, du Sovereign et de la Mary James ; grâce à l'habileté de Portzmoguer, le Sovereign est rapidement démâté et la Mary James mise hors d'état de nuire. L'engagement est d'une grande violence, la Cordelière est accrochée par les grappins du vaisseau anglais Regent et l'abordage est féroce, avec un corps à corps particulièrement meurtrier.

Portzmoguer entrevoit alors la défaite et décide de faire sauter son navire et par là même celui des Anglais. Il prépare son équipage et ses invités à mourir par cette phrase « Nous allons fêter saint Laurent qui périt par le feu ! ». Les deux navires coulèrent emportant avec eux plus de deux mille âmes, dont celle de Portzmoguer.

Des campagnes d'archéologie sous-marine ont eu lieu en 1997 et en 2001 afin de tenter de retrouver la Cordelière.

Pierre-Julien GILBERT

Pierre-Julien GILBERT

L'amirale Howard dira plus tard : "Jamais on n'avait vu plus noble et courageux combat sur tout les océans."

C'est dire la porté de ce geste et de cette bataille chez l'ennemi.

Découvert un peu par hasard, l'histoire de cette bataille navale m'a touché par le sacrifice de ces soldats français, et à fortiori, bretons, se battant pour leur liberté et leur duchesse Anne, reine de France.

Je ne connais pas bien cette période de l'histoire et encore moins l'Histoire d'Anne de Bretagne et des combats qu'elle mena, pour son duché, son pays, son coeur. Si vous avez des adresses, des livres... Je serai contente d'échanger avec vous !

Publié dans Le Moyen Age

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la griffe du loup 14/11/2013 12:09

sympa ces photos ça me rappelle mes livres de jadis
parchez moi ,j'ai expliqué pour toi le mot calamar ,car tu es une de mes visiteuses préférées ,mais chut ,bises

la griffe du loup 13/11/2013 13:05

au puy du fou nous passons à la renaissance l'année prochaine ..
Anne a obligé l'état à ne pas avoir de droit de passage en Bretagne ..( d'où les autoroutes gratuites ) avait elle un bonnet rouge .?
belle journée

la griffe du loup 14/11/2013 12:10

ha ça oui

Blanche 13/11/2013 15:36

Oui, j'ai vu, et j'ai vraiment hâte d'être en septembre pour venir découvrir ces nouveautés ! On se croisera peut-être cette fois mdr
Et oui, Anne devait avoir un bonnet rouge... lol
Gros bisous