Le chevalier - Symbole

Publié le par Blanche

Après l'archer, pour ne pas froisser la sensibilité des hommes d'arme, voyons ce qu'il en est du symbole du chevalier.

Le Seigneur de Couzan, chevalier - Sail 2013

Le Seigneur de Couzan, chevalier - Sail 2013

Un initié

Aux environs de l'An Mil, la société européenne se pense selon une structure tripartite : trois ordres rassemblent ceux qui prient - oratores -, ceux qui travaillent - laboratores - et ceux qui combattent - bellatores -, dans une hiérarchie à la fois tranchée et complémentaire, sur laquelle se fonde l'imaginaire de la féodalité.
Au coeur de l'ensemble des guerriers, qui défendent les prêtres et les paysans "des ennemis comme des loups", les chevaliers forme l'arme absolue et symbolique du monde féodal.

Attaché à un chef qui l'entretient et le "chase" (lui accorde une terre à titre viager), le chevalier apparait d'abord dans les textes littéraires comme un jeune trublion qui s'oppose au seigneur, au père qui le nourrit. Puis, à la faveur des luttes entre Capétiens et Plantagenêts, le chevalier devient le membre d'un ordre quasi initiatique, consacré par la cérémonie de l'adoubement, et qui enveloppe nobles et souvenrains dans une équivoque égalité de droit et de vertus - C'est ce que symbolise la Table Ronde du Roi Athur.

Les Chevaliers de la Table Ronde - Puy du Fou 2013

Les Chevaliers de la Table Ronde - Puy du Fou 2013

La symbolique des armes

Le poids symbolique de la chevalerie est si fort que les armes mêmes du chevalier ont chacune une signification.
Son casque représente l'espérance, l'intelligence et la pudeur ; sa cuirasse, la prudence, la piété la lutte contre le vice et l'erreur ; ses gantelets, la justice et l'honneur ; son écu, la foi, la protection contre l'orgueil, la débauche et l'hérésie ; sa lance, la charité, la sagesse et la vérité ; et son épée, la force, la parole divine, la bravoure et la puissance.

L'idéologie de la chevalerie s'est formée peu à peu sous l'influence de l'Eglise et de la noblesse pour se cristalliser dans un idéale de pureté devenu universel, qui a assuré jusqu'à nos jour la survie, entre autre, de l'adjectif "chevaleresque".

Epée - Puy du Fou 2013

Epée - Puy du Fou 2013

Une aventure solitaire

Très vite, face aux réalités de la vie de cour et de la pratique de la guerre, le chevalier va se construire un monde imaginaire.
A la guerre comme à la chasse, le chevalier est toujours étroitement intégré dans un groupe. L'imaginaire chevaleresque crée le mythe de l'aventure solitaire, qui se déploie dans "l'anti-monde", sauvage et livré aux puissances magiques, de la forêt.

L'aventure chevaleresque se définit comme une quête, une cherche continue, dont l'objet peu varier (la Dame, le Graal, la Vérité, le Salut...).
L'aventure est nécessaire au chevalier, car il n'y a pas de valeur sans risque, pas d'initiation sans épreuve. Toutefois, le le fait d'avoir été adoubé ne confère pas automatiquement des vertus, qui devra sans cesse lutter contre les forces mauvaises de la nature humaine.

Tout l'esprit de la chevalerie s'est incarné dans deux mythes fondamentaux, celui du Graal et celui de Tristan et Yseult, ainsi que des les oeuvres de Chrétiens de Troyes, qui montrer l'identité des lois de l'amour et de la société.

Chevalier - Puy du Fou 2013

Chevalier - Puy du Fou 2013

Encore une fois, nous voyons ici qu'il y a énormément de symbole. D'autant plus chez les chevaliers que même leurs armes sont des symboles.

Je ne verrais plus mes "boites de conserves" de la CFF de la même façon !

 

 

Source : Le petit larousse des symboles

Publié dans Divers, Photos

Commenter cet article

voyage dans le temps 17/10/2013 19:32

mais pas facile pour aller au petit coin ,j'en sais quelque chose , belle soirée et bisous